Café Philo: Y a-t-il un éternel retour des choses ?

19

mardi

décembre 2017

19:45

Café Philo: Y a-t-il un éternel retour des choses ?

Il est vrai que les fêtes de fin d’année – Noël, le Jour de l’An, l’Épiphanie – sont une sorte d’apothéose d’achats et de consommations. Mais cela ne saurait suffire à les comprendre. Elles viennent de bien plus loin que la société de consommation. La commémoration de la naissance de Jésus ? Certes ! Mais les historiens nous apprennent qu’elles se rattachent à un type de fêtes beaucoup plus anciennes et à peu près universellement pratiquées qui sont liées au solstice d’hiver.

Le solstice d’hiver – le moment où le jour recommence à s’allonger – n’est-ce pas la prise de congé d’un monde ancien épuisé, et l’avènement d’un monde nouveau qui se déploiera au fur et à mesure de la montée en puissance du soleil dans le ciel ?

Il ne s’agirait alors pas tant de fêter un anniversaire – fût-il celui du Fils de Dieu – que de fêter une renaissance !

Mais si la nature a ses cycles liés au cours des planètes, on sait bien que les choses humaines, elles, suivent leur cours. Il faudra bien reprendre le même travail après les fêtes, avec les mêmes problèmes pour gérer le quotidien, et les mêmes menaces pour l’avenir.

Ces fêtes de fin d’année ne seraient-elles alors qu’un vestige d’une archaïque soumission à une Mère Nature toute puissante?

Mais ne résistent-elles pas trop bien à l’usure du temps, à la montée en puissance de la raison et à la déchristianisation, pour n’être qu’un vestige?

Et si le sens profond de ces fêtes se trouvait dans notre rapport à l’histoire ? Si cette histoire linéaire, en laquelle on nous dit que nous sommes pris et qui ne paraît mener nulle part, nous était insupportable en son absurdité?

Et si une part de nous-mêmes ne voulait pas renoncer à cette idée, très ancienne dans la pensée humaine, d’un éternel retour des choses?

Share