Café philo: Peut-on vraiment donner ?

18

mardi

décembre 2018

19:45

Café philo: Peut-on vraiment donner ?

Les fêtes de fin d’année sont l’occasion de faire des cadeaux. Elles mettent ainsi en évidence une autre manière de transférer les biens d’une personne à une autre. Alors que l’échange marchand procède de l’intérêt calculé de chacune des parties, le don consiste à renoncer volontairement à un bien en le cédant gratuitement à autrui.
C’est pourquoi on considère volontiers l’échange de dons comme le domaine des rapports humains altruistes, par opposition aux rapports marchands essentiellement motivés par l’égoïsme.
Mais faire un cadeau est-il réellement désintéressé, dans la mesure où on attend un cadeau en retour qu’on serait fâché de ne pas recevoir ? Et quand on fait la charité, est-on sauf du désir de se donner bonne conscience de ses calculs égoïstes quotidiens qui nous ont permis d’accumuler des biens au détriment d’autrui ?
Le don ne serait-il qu’une manière de poursuivre notre intérêt par d’autres moyens ? Mais peut-on faire rentrer dans cette analyse le don parental, et d’abord maternel, que suppose l’amenée d’un nouveau-né vers l’autonomie d’adulte ?
On comprend que l’enjeu de cette recherche de l’essence du don, c’est la possibilité d’autres principes du rapport entre les hommes qui laissent envisager une vie sociale qui soit une alternative à la société dite « libérale » de compétition farouche entre les intérêts égoïstes.
Share