Café Philo: Peut-on partager ses émotions ?

21

mardi

novembre 2017

19:45

Café Philo: Peut-on partager ses émotions ?

Nous, humains, n’est-ce pas parce que nous sommes des êtres particulièrement sensibles que nous sommes si souvent émus ?

Être « ému », littéralement, c’est être « mis en mouvement ». N’y a-t-il pas un véritable bouleversement dans le cours attendu de notre vie quand nous sommes pris par une émotion ? Quel sens donner à cet événement ?

Est-ce une « maladie de l’âme » (Kant) qu’il suffirait de gérer comme telle pour retrouver le cours ordinaire de sa vie ?

Mais est-il assuré que nous sortions indemnes de nos émotions ? La psychologie n’a-t-elle pas ouvert des voies qui laissent penser qu’on peut ne jamais sortir d’une émotion ?

D’ailleurs, n’est-ce pas pour s’en sortir que la personne émue a besoin de partager son émotion ? Mais que partage-t-on alors, si l’émotion est fondamentalement un état d’âme ?

D’autant qu’il peut être malséant, en certains contexte sociaux, d’exprimer ses émotions. Une société ne devrait-elle pas s’apprécier aussi dans la manière dont elle accueille – ou n’accueille pas – les émotions ?

Que révèle d’elle-même une société comme la nôtre qui est capable de gommer soigneusement toute manifestation émotionnelle en certains contextes (par exemple dans un milieu professionnel), et de la rechercher à tout prix, et la mettre en scène spectaculairement, en d’autres (par exemple pour « faire le buzz ») ?

Share